Comment repousser vos limites avec Jonathan le Goéland

10

Comment un jeune goéland peut vous apprendre à repousser vos limites, pour vous permettre de vous réaliser pleinement.

Jonathan Livingston le Goëland de Richard Bach

Jonathan Livingston le Goëland de Richard Bach

Livre de: Richard BACH (USA)

Genre: Conte Philosophique

Durée de lecture: 1 heure

Date de parution: 1973

Prix estimé: 3 Euros

 

Pourquoi ce choix ?

Pour premier livre de ma sélection j’ai choisi de vous présenter ce très beau conte philosophique de l’auteur américain Richard BACH. Il réalise le tour de force de nous livrer, en moins de 100 pages et avec une grande simplicité, les bases fondamentales de la réalisation de soi.

Vous êtes libre de cliquer ici pour recevoir gratuitement le Guide et la Vidéo “Les 7 premières actions pour changer de vie” et la Newsletter jechangeMyLife.

A propos de l’auteur

Jonathan Livingston Le Goéland est une œuvre de l’écrivain américain Richard BACH. Ancien pilote de l’US Air Force, Richard BACH s’est appuyé sur cette expérience pour écrire ce récit initiatique en 1960.

Ce véritable hymne à la liberté et à l’accomplissement personnel l’a rendu célèbre dans le monde entier. Par certains aspects son conte métaphorique peut être comparé au « Petit Prince » œuvre elle aussi écrite par un aviateur…Saint-Exupéry.

Résumé du livre et…mes commentaires

Partie 1

Vous l’aurez deviné, Jonathan Le Goéland n’est pas un oiseau comme les autres. « Pour la majorité des goélands, ce n’est pas voler mais manger qui importe. Pour ce goéland-là cependant, l’important n’était pas de manger mais de voler (p11) » Pour Jonathan, le vol c’est sa passion, sa voie, c’est ce qui donne du sens à sa vie de goéland.

Il passe toutes ses journées et ses nuits à répéter des figures de vol dans le but d’améliorer encore et toujours ses performances. Ce qui lui vaut rapidement l’incompréhension de sa tribu. « Mais Jon, lui demanda sa mère, pourquoi, mais pourquoi ? T’est-il si difficile, Jon, d’être comme les autres membres de la communauté ? (p12) »

Malgré les obstacles Jonathan ne se laisse pas dicter ses choix par la tradition. Les plumes sifflant au vent, notre goéland multiplie les records de vitesse (380 km/h !) et ses acrobaties aériennes uniques dans l’histoire terrestre des goélands.

Et ce qui devait arriver arriva…Il est finalement convoqué par l’Assemblée des Anciens qui lui reproche son comportement hors normes et son irresponsabilité. « Mes frères ! s’écria-t-il, qui donc est plus responsable que le goéland qui découvre un sens plus noble à la vie et poursuit un plus haut dessein que ceux qui l’ont précédé ? (p40) » Malgré sa plaidoirie, Jon est exclu de la communauté pour cause de mauvais exemple et condamné à vivre seul le reste de ses jours sur de lointaines falaises.

Alors, que la mort dans l’âme, il vole vers son lieu d’exil, il rencontre deux goélands « purs comme la lumière des étoiles (p45) » (une sorte d’Anges ?) qui lui proposent de le guider vers un lieu mystérieux.

Partie 2

En arrivant dans cet endroit mystérieux « c’est donc cela le paradis…(p57) » Jon découvre qu’il n’est pas le seul goéland « accro » aux voltiges. « Les goélands d’ici partageaient sa façon de penser. Pour chacun d’eux, l’important était de voler et d’atteindre la perfection dans ce qu’ils aimaient le plus : voler (p62) »

Pour Jon et ses nouveaux amis, le processus de réalisation de soi implique une démarche vers un progrès personnel, un effort permanent de perfectionnement de soi-même.

Pendant son séjour dans cet endroit mystérieux Jon rencontre celui qui va devenir en quelque sorte son mentor : Chiang, l’Ancien des goélands. Celui-ci va lui enseigner à voler par la pensée. « Pour voler à la vitesse de la pensée vers tout lieu existant, dit-il, il te faut commencer par être convaincu que tu es déjà arrivé à destination (p70) » Mais pour réaliser ce tour de force, Jon doit vaincre « ses pensées limitantes », un des principaux obstacles à la réalisation de soi.

Chiang exhorte aussi sa petite communauté à « ne jamais mettre fin à leur poursuite de connaissance, à leur entrainement physique, à leurs efforts en vue de comprendre le principe invisible de toute vie parfaite (p77) » Jon comprend alors que la réalisation de soi dépend de ses capacités, certes, mais aussi d’une tension vers un progrès personnel intellectuel et physique permanent.

Le dernier message, fort, de Chiang l’Ancien, avant de quitter Jon sera le suivant « …continue à étudier l’Amour. (p78) » Et c’est cet amour qui poussera Jon à retourner sur terre, malgré les risques, auprès de son ancien clan « …pour lui, démontrer l’Amour, c’était transmettre à un goéland trébuchant dans la solitude, à la recherche de la vérité, un peu de cette vérité que lui, Jonathan, avait découverte (p80) »

Vous êtes libre de cliquer ici pour recevoir gratuitement le Guide et la Vidéo “Les 7 premières actions pour changer de vie” et la Newsletter jechangeMyLife.

Comment repousser vos limites. jechangemylife.com

Comment repousser vos limites. jechangemylife.com

Partie 3

A peine arrivé sur terre Jonathan rencontre un  jeune goéland fraichement exclu par le clan. « Fletcher Lynd le Goéland, veux-tu voler au point d’oublier les tiens et apprendre, puis revenir un jour vers eux les aider ? (p87) » Fletcher le Goéland devient son premier élève.

Trois mois plus tard, Jonathan a six autres élèves, tous exclus du clan. « Tout ce qui nous limite, nous devons l’éliminer. C’est le pourquoi de tout cet entrainement…(p93) » « Brisez les chaines de vos pensées et vous briserez aussi les chaines qui retiennent votre corps prisonnier…(p94) »

Jon, initié par son mentor Chiang, sait maintenant que la pleine réalisation de soi passe par un entrainement de l’esprit. Comme tout potentiel, que ce soit pour apprendre à voler ou à pêcher, les émotions des goélands doivent être cultivées pour se développer. L’aptitude à l’épanouissement, au bonheur, est une capacité qui s’entraine.

Jon et ses élèves poursuivent leur entrainement et leurs démonstrations de vol au-dessus de la plage du Conseil. Malgré la menace des Anciens, petit à petit un second cercle commence à se former autour d’eux. Et un mois après son retour, le premier goéland du clan franchit la ligne rouge imposée par les Anciens pour demander à apprendre à voler.

La nuit suivante Kirk Maynard le Goéland qui a une aile paralysée demande l’aide de Jon. Celui-ci l’invite à venir voler avec lui. « Mais mon aile ? Vous ne comprenez pas ? Mon aile est paralysée ! – Maynard le Goéland, tu es libre d’être à l’instant toi-même, vraiment toi-même et rien ne saurait t’en empêcher. (p106) » Et sans effort apparent Kirk Maynard le Goéland s’envole sous les yeux ébahis de la communauté !

Ce « miracle » fait le tour du clan comme une trainée de poudre et bientôt ils sont plus d’un millier d’oiseaux à faire cercle autour de Jon et à l’écouter. L’un d’eux l’interroge « Comment voulez-vous que nous parvenions à voler comme vous le faites ?..Vous êtes un voilier exceptionnel, comblé de tous les dons et d’essence divine, bien au-dessus de tous les autres oiseaux…(p107) » Jon répond : «Regardez Fletcher, et Lowell, et Charles Roland, et Judy-Lee ! Sont-ils aussi des voiliers exceptionnels comblés de tous les dons et d’essence divine ? Pas plus que vous ne l’êtes, pas plus que je ne le suis. La seule différence est qu’ils ont commencé à comprendre ce qu’ils sont vraiment et qu’ils ont commencé à mettre en œuvre les moyens que la nature leur a accordés. (p108) »

Jon veut leur faire comprendre que pour se réaliser il faut vouloir « réaliser » quelque chose. Et que si tu es dans l’action avec constance et persévérance tu le réaliseras. L’action est donc indispensable à la réalisation de soi.

Une semaine plus tard un accident grave se produit. Fletcher le Goéland, en voulant éviter un jeune goéland, s’écrase à 300 km/h contre un rocher de granit. Tout d’abord il se croit mort. A cet instant il entend la voix de Jon qui lui dit « Le corps n’est rien d’autre qu’un effet de la pensée (p116) » et Fletcher revient à lui devant une foule de goélands effarés par ce qu’ils considèrent comme un acte de sorcellerie. La foule de goélands les traite alors de démons et veut les tuer à coups de becs. Devant cette menace nos deux goélands sont obligés de quitter définitivement le clan.

Alors qu’ils s’éloignent Fletcher interroge Jon : « Je ne comprends pas comment vous faites pour aimer cette racaille à plumes qui vient tout juste de tenter de vous tuer. (p119) » Jonathan explique « …ce n’est pas cela qu’il s’agit d’aimer ! Tu n’aimes ni la haine, ni le mal, c’est évident. Il faut t’efforcer de voir le Goéland véritable – celui qui est bon- en chacun de tes semblables et l’aider à le découvrir en lui-même. C’est là ce que j’entends par amour. (p 119) »

Fletcher comprend alors que les goélands sont fondamentalement interdépendants et que notre bonheur ne peut se construire qu’avec les autres. Pour se réaliser pleinement il faut la confiance des autres, leur amitié, et leur amour.

A la fin de cet échange et de cet important message, Jon transmet à Fletcher son rôle de guide avec ce dernier conseil « …ne te fie pas à tes yeux mon vieux. Tout ce qu’ils te montrent, ce sont des limites, les tiennent. Regarde avec ton esprit, découvre ce dont d’ores et déjà tu as la conviction et tu trouveras la voie de l’envol…(p 121) »

C’est ainsi que se termine ce très beau récit de Richard BACH qui a une portée philosophique indéniable pour ceux qui sont en recherche de sens. Pour cette raison j’en ai fait, en quelque sorte, le texte fondateur de ce blog.

Tous les extraits cités dans cet article, sont issus du livre de Richard Bach, édité dans la collection de poche “J’ai lu”. 

Vous êtes libre de cliquer ici pour recevoir gratuitement le Guide et la Vidéo “Les 7 premières actions pour changer de vie” et la Newsletter jechangeMyLife.

Et, si vous avez aimé ce récit, laissez moi un petit commentaire dans la case “Laissez moi un commentaire” qui se trouve tout en bas de cette page. Merci beaucoup et à très bientôt…

A lire aussi, “Se réaliser avec Michel LACROIX, le Philosophe”

A lire aussi sur le même sujet “La Bonne Fortune” Les 10 règles simples pour connaître le succès dans la vie et dans les affaires.

Partager.

10 commentaires

  1. Très belle idée, magnifique initiative ! Merci de me remémorer ce livre et la belle métaphore qu’il contient. Une autre merveille de Richard Bach, plus court et complémentaire, est ILLUSIONS ou “le Messie récalcitrant”, que j’ai aimé encore davantage !!!

  2. J’ai découvert ce magnifique conte il y a maintenant 16 ans. Je l’ai lu à l’antenne et ilustré musicalement à l’époque où je travaillais en radio fm…Ce fût un moment de grande joie et indéfinissable ressenti… J’en conserve la trace, toujours, celle surtout de la liberté d’être soi.

    Bravo Richard Bach et encore mille merci à vous Dominique pour en faire votre “blason”.

  3. Bonsoir,
    merci pour ce résumé il m’a donné l’envie de relire toute l’histoire. Je conseille les jeunes qui sont en début de carrière et qui rencontrent des obstacles de lire ce livre.

  4. Très belle histoire je m’y retrouve dans certains passages notamment quand il agit différemment (études, diplômes, travail intéressant. réussite dans mon couple… je pensais que l’on serait fier de moi mais il en a été toute autrement ) des autres et qu’il ne soit pas reconnu voir rejeter du clan et qu’il ne se l’explique pas.

  5. Très beau livre, que j’ai lu il y a une 20ene d’ années… Je devrais peut-être le relire…. Merci de ce partage qui m’a donné envie de relire ce roman .

  6. ” A ce jonathan la Goeland qui sommeille en chacun de nous” … Richard Bach est un sacré bonhomme . Un aviateur comme Saint Exupery …. Je vais peut-être prendre des cours de vol moi tiens …! En tous cas choix lumineux de texte fondateur Dominique !

Laissez moi un commentaire